Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 06:44
ATTENTION DANGER

 Interpellation sur le dispositif régional et local de vaccination contre la grippe H1N1




Lettre aux préfets 21/09/09 « Interpellation sur le dispositif régional et local de vaccination contre la grippe H1N1 » 1/5
A l’attention de
Mr le Préfet de Région,
Mrs les Préfets des départements de la Région,
Mr le Président de Région,


Le 21 septembre 2009

Objet : Interpellation sur le dispositif régional et local de vaccination contre la grippe H1N1

Messieurs,
C’est avec gravité que nous soussignés, citoyennes et citoyens de la région, vous interpellons
aujourd’hui au sujet du dispositif régional et local de vaccination contre la grippe H1N1 qui se
met actuellement en place.
Plusieurs faits troublants, en effet, nous font craindre que ce dispositif ne soit davantage un
facteur préjudiciable à la population qu’un facteur de « protection ».

1. Ce dispositif est issu du « Plan de Prévention et Lutte Pandémie Grippale» du gouvernement,
dont le texte se donne à lui-même pouvoir d’être activé sur la seule base de l’annonce par
l’OMS de l’alerte pandémique de niveau 5B/6 et sur des critères fort contestables : une
« suspicion d’extension » des cas de H1N1 à partir de « sources concordantes », le nombre
de cas devant être seulement « supérieur à la centaine », et sans qu’il soit requis que le
nombre de décès soit important puisqu’ aussi bien il suffit de cas « nécessitant une
hospitalisation sensiblement plus fréquente ». Ce Plan autorise de facto, à partir de l’annonce
de l’OMS, la mise en oeuvre d’un état d’exception comprenant, la gestion et le contrôle de la
crise sanitaire par une cellule installée Place Beauveau sous le contrôle du Ministre de
l’Intérieur, les décisions importantes étant du ressort exclusif « du Premier Ministre et du Chef
de l’Etat ».

2. Le Ministère de la santé n’a aucun rôle majeur dans ce Plan qui, par ailleurs, « se veut
exemplaire, participant pour la première fois à une démarche de planification de crise
organisée à l’échelle planétaire pour faire face à une menace globale touchant la société dans
son ensemble. Cette démarche pourrait être un jour étendue à d’autres problèmes globaux,
qu’ils soient sanitaires, écologiques ou économiques. » http://www.pandemie-grippale.gouv.fr
Ce Plan menace à nos yeux d’instaurer, par des voies détournées, un état d’exception mettant
gravement en péril les processus démocratiques de décision habituellement en vigueur
dans la République. Cet état d’exception est particulièrement injustifié du fait même de
l’existence de ce Plan Pandémie grippale censé préparer le pays à l’éventualité d’une
pandémie, et ce depuis 2004 (date de la première édition). L’état d’exception ne se justifie
dans la loi française qu’en cas d’imprévu et d’appréciation démocratique d’un « cas de force
majeure ». Une pandémie préparée des années à l’avance et annoncée des mois à l’avance ne
saurait constituer un « cas de force majeure », sinon à admettre que le Plan n’a pas servi à
« préparer » quoi que ce soit, …mais seulement à instaurer un état d’exception.

3. Dans un communiqué du 11 septembre 2009, la Préfecture de la Région Languedoc
Roussillon et la Préfecture de l’Hérault ont lancé un « Appel à volontariat pour la campagne
de vaccination contre la grippe A H1N1 ». Or, selon la circulaire du 21 août 2009 émanant
conjointement du Mr le Ministre de l’Intérieur et de Me la Ministre de la Santé, il est précisé,
entre autre, que :
- « I'organisation territoriale de la vaccination relève de la compétence des préfets, appuyés par
les services locaux du ministère de la santé et de l'Assurance maladie » (..)
Lettre aux préfets 21/09/09 « Interpellation sur le dispositif régional et local de vaccination contre la grippe H1N1 » 2/5

- « Toute équipe de vaccination devra s'auto-vacciner lors de sa première vacation » (..)
- Les personnes convoquées devront se présenter à l’accueil, remplir un questionnaire pour
signaler une éventuelle contre-indication et seront, en ce cas, dirigées vers un médecin ou
interne en médecine chargé « d’évaluer » leur situation.

Nous faisons remarquer que la décision de vacciner massivement la population a été prise
unilatéralement par une cellule de crise, sans aucune concertation ni des collectivités
territoriales, ni des personnels soignants, et pour une épidémie de grippe qui n’a démontré
aucun caractère létal particulier. Cette décision n’est soutenue par aucune étude
scientifique probante. (voir déclaration A. Flahaut, fin de p. 4)

Nous faisons également remarquer que la décision de commander pour un milliard d’euro de
doses de vaccins à quatre firmes pharmaceutiques a aussi été prise unilatéralement sans
aucune concertation du Parlement.

Nous sommes par ailleurs alarmés de ce que nous découvrons sur la nature de ces vaccins, sur
les sites mêmes des firmes pharmaceutiques, dans tous les documents officiels relatifs aux
autorisations de mise sur le marché (AMM) qui les concernent, et dans des articles de
journaux.

A titre indicatif, voici quelques unes de ces inquiétantes découvertes :

1. Certains lots de vaccins proviendront de la firme Baxter, laquelle a livré fin décembre 2008 un
lot de 72 kg de matériel vaccinal pour la grippe saisonnière contaminé avec le virus vivant
aviaire H5N1 à 16 laboratoires dans le monde. Sans la vigilance d’un laboratoire tchèque, ce
matériel aurait été injecté à des milliers de personnes. Ce matériel provenait du laboratoire
Baxter de Orth/Dau en Autriche qui est le laboratoire le plus sécurisé au monde (Biosecurity
3). Cet incident ne pouvait donc pas être « accidentel ». La firme n’a pas été inquiétée
malgré la mobilisation de députés au Parlement autrichien et a été sélectionnée par l’OMS
pour fabriquer le vaccin contre le H1N1.
http://www.parlament.gv.at/PG/DE/XXIV/J/J_01437/pmh.shtml.

2. Les lots de vaccins des firmes Glaxo Smith Kline, Sanofi Pasteur et Novartis contiennent tous
du squalène, un adjuvant cité dans de nombreuses études scientifiques publiées comme
facteur de déclenchement de diverses maladies et de ce que l’on appelle le « Syndrome de la
Guerre du Golfe ». D’autres adjuvants (aluminium, mercure, etc..) sont également présents en
quantité très élevée en raison des nécessités de production intensive pour la « pandémie » :
le manque de matériel souche disponible serait compensé par une plus grande quantité et
combinaison d’adjuvants « afin d’assurer l’efficacité du vaccin ». Ce qui d’emblée invalide les
déclarations selon lesquelles des vaccins « sans adjuvants » pourraient être commandés.
Aucune étude épidémiologique n’a jamais été conduite, à notre connaissance, pour
prouver l’innocuité du squalène dans les vaccins, en dépit des affirmations de l’OMS.

3. Selon l’OMS
(http://www.who.int/csr/disease/swineflu/notes/h1n1_vaccine_20090806/fr/index.html) il faut
cinq à six mois pour réaliser un vaccin testé deux semaines sur l’animal, plus s’il doit être
testé sur l’homme. L’OMS précise: « Dans certains pays, chaque nouveau vaccin antigrippal
doit être testé sur un petit nombre de personnes pour montrer que son action est bien celle
escomptée. Certains pays n’imposent pas cette étape, car de nombreux essais cliniques ont
déjà été faits pour la préparation de vaccins annuels comparables et l’on part du principe
que le nouveau vaccin contre la grippe pandémique aura des propriétés similaires. » Ce qui
signifie que certains pays recevront un vaccin à peine testé sur l’animal et pas du tout sur
l’homme, et les autres recevront un vaccin à peine testé sur l’animal et sur « un petit nombre
de personnes ». Le 29 août 2009, le journal Le Matin (Suisse) révélait que : « Certains
laboratoires -comme GlaxoSmithKline, Baxter ou Novartis- ont déjà obtenu en 2005 une AMM
"prototype" (avec changement de souche possible) contre le virus H5N1 de la grippe
aviaire. Aujourd'hui il ne s'agit que de modifier la souche virale (pour passer de H5N1 à
H1N1), et donc la partie "sécurité" de l'évaluation n'est pas à refaire.
(http://www.lematin.ch/flash-info/grippe-h1n1-processus-autorisation-vaccin-accelere-fiable)
C'est-à-dire que ces vaccins sont dispensés de tests de sécurité, lesquels sont
d’ailleurs très sommaires.
Lettre aux préfets 21/09/09 « Interpellation sur le dispositif régional et local de vaccination contre la grippe H1N1 » 3/5

Interview exclusive de Jane Bürgermeister au sujet de sa plainte
contre l'OMS pour tentative de génocide



4. Sur le site officiel de la US Food and Drug Administration (FDA), organisme public de
CONTROLE des aliments et des médicaments, les notices des vaccins contre la grippe
saisonnière indiquent en toutes lettres :

- Pour le FLUARIX (Glaxo Smith Kline) : « Aucun essai contrôlé démontrant une baisse
de la grippe après la vaccination avec le FLUARIX n'a été mené (..) FLUARIX n'est pas
indiqué pour être utilisé pour les enfants (..) « Il n'existe pas assez de données pour assurer
l'administration concurrente de FLUARIX avec d'autres vaccins. (..) FLUARIX ne doit pas être
administré à quiconque est sujet à des réactions d'hypersensitivité systémique aux protéines
de l'oeuf (oeuf ou produits à base d'oeufs), aux protéines de poulet, ou à n'importe lequel des
composants du FLUARIX,(..) Si le syndrome de Guillain-Barré est survenu dans les
6 semaines qui ont précédé le vaccin contre la grippe, la décision de donner le FLUARIX ou
tout autre vaccin doit être basée sur une évaluation prudente des bénéfices et des risques
potentiels. (..) FLUARIX n'a pas été évalué pour son potentiel carcinogène ou mutagène, ou
pour son impact sur la fertilité. (..) Grossesse Catégorie C: les études de reproduction animale
n'ont pas été menées avec FLUARIX. On ne sait pas si FLUARIX peut occasionner des
dommages au foetus quand il est administré à une femme enceinte ou peut affecter sa
capacité de reproduction. (..) On ne sait pas si le FLUARIX passe dans le lait humain. »
- Pour le FLUVIRIN (Novartis): mêmes contre-indications, même avertissement concernant le
syndrome de Guillain-Barré. Même absence d'évaluation sur les femmes enceintes et mères
allaitantes. Même absence d'évaluation sur le pouvoir potentiel carcinogène, mutagène, ou
d'abaissement de la fertilité. Le Fluvirin est recommandé pour les enfants de plus de 4 ans. Il
contient des traces de thimerosal (mercure) suite à l'utilisation puis au retrait de ce produit
durant la fabrication : "Contient du thimerosal, un dérivé du mercure (25 mcg de mercure par
dose de 0,5 mL). Le thimerosal est ajouté comme conservateur."

- Pour le FLUZONE (Sanofi Pasteur): mêmes contre-indications, même avertissement
concernant le syndrome de Guillain-Barré. Même absence d'évaluation sur les femmes
enceintes et mères allaitantes. Même absence d'évaluation sur le pouvoir potentiel
carcinogène, mutagène, ou d'abaissement de la fertilité. Le Fluzone est recommandé pour les
enfants à partir de l'êge de 6 mois." Contient du thimerosal, un dérivé du mercure, ajouté
comme conservateur. Chaque dose de 0,5mL contient 25 mcg de mercure.(..) Une récurrence
du syndrome Guillain-Barré a été temporairement associée avec l'administration du vaccin
contre la grippe(..) »http://www.fda.gov/BiologicsBloodVaccines/SafetyAvailability/VaccineSafety/ucm110288 0288

Les vaccins contre la grippe pandémique H1N1 de ces mêmes firmes ne seront pas plus
« sûrs » que leurs vaccins contre la grippe saisonnière, sinon beaucoup moins encore, compte
tenu des délais extrêmement courts de mise au point. Par ailleurs,
4. La secrétaire d’Etat US à la santé, Kathleen Sibelius, a signé en juillet 2009 un décret
conférant une immunité juridique totale aux fabricants de vaccins contre la grippe H1N1, en
cas de poursuite, et le décret s’étend à toutes les personnalités officielles impliquées dans la
mise en oeuvre de la campagne de vaccination massive. Peut-on trouver meilleur aveu de
la dangerosité de ces vaccins ?

5. Selon le journal The Mail on Sunday, une lettre confidentielle émanant de l’Agence US de Protection
de la Santé, selon laquelle le vaccin contre le H1N1 pourrait entraîner une atteinte des nerfs, nommée
Syndrome de Guillain-Barré (GBS), a été envoyée le 29 juillet 2009 à 600 neurologues. La lettre se
réfère à l’utilisation massive du vaccin contre la grippe porcine de 1976 aux USA qui a entraîné 500 cas détectés de GBS, et plus de décès (25) dus au vaccin qu’à la grippe porcine (1).

Le Gouvernement US avait du payer des millions de dollars de dédommagement aux victimes ou leur famille.
La lettre demande aux neurologues d’être très attentifs au développement possible du GBS suite aux
vaccinations et de rendre compte de leurs observations. Cette lettre faisait suite à une précédente (27
juillet) émanant de l’ Association of British Neurologists (BNSU), demandant aussi une surveillance sur l’apparition du GBS. Peut-on trouver meilleur aveu de la dangerosité de ces vaccins ?
Nous soumettons ces informations alarmantes –que nous vous invitons à vérifier- à votre conscience,
afin que vous puissiez prendre toutes vos décisions en connaissance de cause. Le surcroît de travail
qui vous aura été imposé avec l’annonce de cette pandémie ne vous aura sans doute pas permis d’y
avoir accès, les médias ne les ayant pas reprises.

Lettre aux préfets 21/09/09 « Interpellation sur le dispositif régional et local de vaccination contre la grippe H1N1 » 4/5

Nous comprenons que nous vous plaçons dans une situation difficile puisque vous êtes, de par vos
fonctions, tenus de respecter les décisions et recommandations émanant des Ministres de l’Intérieur
et de la Santé. Toutefois, « l’état de nécessité » fonde le droit de résister et de désobéir, lequel est
inscrit dans la Constitution Française.

Et il y va de la santé, et peut être même de la vie, de tous les volontaires qui seront les
premiers vaccinés, et de celle de la population qui se rendra dans les Centres que vous aurez
mis en place pour se faire vacciner. Votre responsabilité est très lourde.

Nous vous invitons à considérer la situation, celle d’une banale épidémie de grippe très peu létale, et
d’estimer si les risques évidents que fait courir cette vaccination massive sont encore justifiés. Nous
vous informons également que beaucoup de médecins, de personnels soignants et de responsables
en haut lieu, autant que de citoyens ne sont pas favorables à ces dispositions. A titre indicatif, le
Syndicat National des Professionnels Infirmiers (SNPI) affirme que dans un sondage réalisé auprès de ses membres le 1er septembre 2009, 63% refusent de se faire vacciner, 11% n’ont pas pris de
décision et 26% vont se faire vacciner. La raison invoquée pour ce refus est un vaccin « fabriqué
rapidement dans un cadre réglementaire dérogatoire, avec présence discutable d’un adjuvant ».
http://www.syndicat-infirmier.com/Vaccin-H1N1-Resultats-de-la.html

La vérité ultime sur la grippe Sanofi. Accrochez-vous !





Nous attirons enfin votre attention sur la déclaration suivante :

* « La décision de vacciner toute une population ne peut pas être uniquement politique. Elle ne peut
pas reposer sur une réunion des Ministres de la santé d’Europe ou d’ailleurs. Elle doit clairement
s’appuyer sur des résultats d’études conduites en population et publiées dans de grandes revues
soumises à la critique des scientifiques. Nous ne disposons pas de ces travaux aujourd’hui. Nous ne
disposons pas d’une seule étude probante - à ma connaissance - sur l’efficacité d'un vaccin
utilisé comme barrière épidémique. Nous ne disposons pas d’études sur la sécurité d’utilisation
d'un vaccin - ni du vaccin pandémique ce qui est normal, ni des vaccins saisonniers - en cas
d’utilisation dans de larges segments de la population jeune (à part une ancienne étude réalisée au
Japon, et peu détaillée). Nous ne disposons pas d’études sur l’acceptation sociale d’une telle
stratégie. ».
Antoine FLAHAUT, directeur de l'Ecole des hautes études en santé publique http://blog. ehesp.fr/ (Juillet 2009)
L’atteinte patente à la démocratie et aux valeurs de notre République, autant que les risques réels
pour la santé de ceux qui se feront vacciner, à commencer par les enfants, nous plongent dans
l’indignation et la perplexité. La machine étatique se serait-elle emballée au point de mettre la vie de la
République et de ses citoyens en danger ?
Nous comptons sur vous, Messieurs, pour faire entendre nos voix et mettre ce débat sur la place
publique avant que les dispositions envisagées ne s’appliquent. Certes les gens qui veulent être
vaccinés doivent pouvoir avoir accès au vaccin ; nous estimons toutefois qu’ils doivent être dûment
informés de la totalité des risques qu’ils encourent, notamment de ceux que nous venons de citer, et
ne subir aucune forme de pression.
Dans l’attente d’une réponse de votre part, veuillez agréer messieurs les représentants de l’Etat, nos
respectueuses salutations.

Nom : Signature :
Profession :
Adresse :
Lettre aux préfets 21/09/09 « Interpellation sur le dispositif régional et local de vaccination contre la grippe H1N1 » 5/5

http://www.alterinfo.net/Lettre-aux-prefets-21-09-09-Interpellation-sur-le-dispositif-regional-et-local-de-vaccination-contre-la-grippe-H1N1_a37140.html


Premiers signataires :
Alain ADAM, Infirmier, Itxassou, Pays Basque
Nicole-France BAHUET, Ostéopathe, St Cernin 24
Dr Daniela BEHRENDT, Pédiatre, Plazac, 24
Jérôme BERNARD, Gérant Biocoop, 31 Quint Fonsegrives
Dr Françoise BERTHOUD, Médecin, Lucinges, 74
Dr Dominique BOURDIN, Psychothérapeute, Vers sur Selle, 80
Jacqueline BOUSQUET, Docteur ès Sciences, Chercheur honoraire au CNRS, Cestas, 33
Dr Bernadette BRESARD, Membre de la Commission Médecine et Santé au Département pour
l'Information à l'ONU, St Cyr en Pail, 53
Pierre CADET, Rédacteur en chef de la Lettre de l'AGNVS, Paley, 77
Jean-Pierre CAMO, Directeur de la revue Biocontact, Gaillac, 81
Yves CASSARD, Naturopathe, Nîmes, 30
Lilian CEBALLOS, Pharmacien écologue, Pradelles-Cabardes, 11
Dr Françoise DARNAUDET, Médecin homéopathe, Négrepelisse, 82
Joël DARPHIN, Infirmier kinésithérapeute ostéopathe, Seurre, 21
Philippe DERUDDER, Economiste, formateur, Cahors, 46
François DESOMBRE, Journaliste, constructeur de maisons écologiques, Graulhet, 81
Catherine DORNAY, Naturopathe, Lamanon, 13
Claude DROCOURT, Administrateur à la MSA, retraité, Perpignan, 66
Christian DUPRAZ, Directeur de recherches INRA, Montpellier, 34
J-Louis et M-Thérèse DUPUY, Kinésithérapeutes, Frontenard, 71
Dr Jean-Pierre EUDIER, Chirurgien dentiste, Sartrouville, 78
Marie-Lise GEFFROY, Présidente de l'AGNVS, Paley, 77
Michel GEORGET, Agrégé de Biologie, Professeur honoraire des Classes préparatoires aux Grandes
écoles biologiques
Dr Dominique GERAUD-COULON, Médecin spécialiste médecine physique, GAP, 05
Danielle GESQUIERE, Assistante médico-psychologique, Ostricourt, 59
Pierre-Henri GOUYON, Professeur au Muséum National d'Histoire Naturelle et à l’Ecole
Polytechnique, Paris, 75
Dr Laurent HERVIEUX, Médecin, Rouen, 76
Dr Alexandra JOUAN, Médecin, psychothérapeute, Paris, 75
Guy KASTLER, Membre de Nature et Progrès et de la Confédération Paysanne, La Caunette, 34
Olivier KELLER, Maire, paysan, St Jean de Chambre, 07
Dr Jacques LACAZE, Médecin, conseiller municipal de Lievin, Loos en Gohelle, 62
Barbara LE DRIANT, Maître de conférence psychologie du développement, Fourcigny, 80
Monique LEOTARD, Infirmière DE, Poussan, Hérault
Dr Guy LONDECHAMP, Médecin, Périgueux, 24
Gregory LUCCHESE, Agent de Bureau d'études en BTP, Sète, 34
Catherine MADORE, Animatrice, Aigaliers, 30
Gérard MANNIG, Informaticien, Saint Martin du Vivier, 76
Annie MARCINIAK, Retraitée, Perpignan, 66
François MARTIGNY, Chercheur en nutrition, Vétraz-Monthoux, 74
Ginette MILESI, Ostéopathe équin, Le Bocasse, 76
Dr Roselyne MOREL, Médecin psychothérapeute, Nantes, 44
Nelly PEGEAULT, Rédactrice en chef de la revue Nature et Progrès, Anduze, 30
Stéphane PONZO, Maraîcher, St Just sur Viaur, 12
Christian PORTAL, Porte-parole Collectif ACECOMED (Agir pour une Médecine Ecologique), Bullion, 78
Philippe PRAT, Ostéopathe, Saint-Paul Les Dax, 40
Guillaume RIBARD, Infirmier, Nouméa, 98
Christèle RIBEYROL, Présidente "Autisme 49", Vice-présidente d'AAD MAKATON, Longué-Jumelles, 49
Naïs de la ROCHEBOMIERE, Chargée de communication, Chatenay Malabry, 92
Loic SALLET, Thérapeute énergéticien, Désertines, 03
Gérard SANSEN, Educateur spécialisé, St Julien de Crempse, 24
Sylvie SIMON, Ecrivain, journaliste médicale, Paris,75
Elisa SOURSAC, Enseignante, Montpellier, 34
Dr Didier TARTE, Médecin du travail, Evreux, 27
Robert TOSONI, Enseignant à la retraite, Boudou, 82
Isabelle VASLIN, Enseignante, Vindrac, 81


Lettre aux préfets 21/09/09 « Interpellation sur le dispositif régional et local de vaccination contre la grippe H1N1

link

Partager cet article

Repost 0
Published by axiome - dans Dossier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog occultation par : Jacques
  •   le blog occultation par : Jacques
  • : Diffusez des articles et témoignages divers plus ou moins occulté par les grands médias nationaux , ce que l'on veut nous cacher et les magouilles qui se trames derrière notre dos.
  • Contact

Articles Récents